La Vinicole de Touraine se dote d'un outil de vinification moderne tout en s'ancrant un peu plus dans le paysage ligérien

Suite à l'article du vigneron du val de Loire du 21 novembre 2017 que vous pourrez lire ci-dessous, la reprise de la structure coopérative a été officialisée depuis par le Directeur Général de la Vinicole de Touraine.

Cette acquisition est bénéfique pour toutes les parties et pour le maillage territorial local. Les emplois sont conservés, les débouchés pour les anciens apporteurs maintenus et la Vinicole de Touraine se dote d'un outil supplémentaire de vinification pour proposer des vins toujours plus qualitatifs. Le négoce de Loire continue sa croissance.

ARTICLE DU VIGNERON DU VAL DE LOIRE EN DATE DU 21/11/2017

« On allait droit dans le mur ». Jean-Pierre Moreau, le président de la coopérative de Francueil et les adhérents de la cave ont décidé de mettre fin aux activités de la structure, fondée en 1925 et baptisée Les Maîtres vignerons de la Gourmandière. « Nous avons voté la dissolution lors d’une assemblée générale extraordinaire le 30 octobre. Il s’agit d’une liquidation volontaire. Nous ne l’avons pas fait de gaité de cœur, dans ma famille par exemple on était sociétaire à la cave depuis quatre générations, mais continuer n’était plus possible ».

La coopérative de Francueil (1,7 M€ de CA en 2016) était en difficulté depuis plusieurs années. Elle avait du se séparer de son directeur et de son site de Civray-de-Touraine. En 2016, suite au gel, elle n’avait récolté qu’environ 3 000 hl.

« En 2017, nous n’avons vendangé que 4 700 hl. Notre vignoble a chuté à moins de 100 ha, avec une trentaine d’adhérents, indique Jean-Pierre Moreau. Nous avons été victimes d’une lame de fond, avec la baisse de nos surfaces et le non-renouvellement de nos adhérents. La plupart ont plus de 60 ans. Il y a quelques années, avec les primes à l’arrachage de vignes, des jeunes ont quitté le métier et la coopérative. Il y a eu ensuite de petites récoltes. Nous n’avions plus assez de matière première. Les comptes n’étaient plus équilibrés. Les sociétaires ne pouvaient plus être les variables d’ajustement ». En revanche, la perspective d’un rachat de la cave par l’entreprise de négoce La Vinicole de Touraine se précise : « Nous sommes en négociations. Le prix de vente est de 700 000€, hors stocks. Ils sont très intéressés par nos locaux, notre cuverie, nos matériels de vinification, notre magasin.

La Vinicole était notre premier client », poursuit l’ancien président. La coopérative vinifiait plus de 8 000 hl par an pour la Vinicole. La cave commercialisait sa propre production auprès du négoce et en vente directe. « Nous avons bon espoir que le magasin poursuive son activité. Les six salariés de la coopérative seraient repris par la Vinicole en cas de rachat », précise Jean-Pierre Moreau.

Les stocks de la cave représentent près de 40 000 bouteilles à écouler : "le caveau de dégustation-vente reste ouvert, afin de déstocker dans les meilleures conditions possibles". Quant aux anciens apporteurs de la coopérative, ils sont déliés de leurs engagements avec la dissolution. Ils pourraient livrer leurs raisins à la Vinicole de Touraine si elle reprend le site de Francueil. Pour le moment, la direction de la société de négoce ne souhaite pas communiquer sur ses intentions.

Vendredi 26 Janvier 2018 à 21:58

Union des Maisons & Marques des Vins de Loire

Type de UMVL.
- 35 entreprises
- 800 millions de CA.
- 1300 salariés

Maisons et segments de production :

- Nos adhérents
- Nos segments de production
Contact
Mentions Légales




L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.